Portail WG » Wiki » Stratégie temps réel

   
 

Star Wars Empire At War


Données informatives

Genre : Gestion/strategie
Editeur : LucasArts
Développeur : Petroglyph
Distributeur : Activision
Date de sortie : 17 février 2006



Empire at War est le 3ème RTS basé sur l´univers Star Wars. Star Wars Force Commander fut le premier, les graphismes et textures étaient réussis, de surcroît basés sur un moteur 3D très correct pour l´époque (février 2000), cependant sa jouabilité déplorable et son manque d´intérêt en ont fait un échec commercial.

En 2001, Lucas Arts renouvela l´expérience avec Star Wars Galactic Battlegrounds, utilisant le moteur 3D d´Age of Empires : Age of Kings, le gameplay était d´ailleurs identique, sa ressemblance pourrait laisser croire qu´il s´agissait d´un simple Mod, mais le succès fut tout de même au rendez-vous. Il en découla même une extension Star Wars Galactic Battlegrounds - Clone Campaign.

En 2006, le 3ème, et dernier volet de la série est à l´affiche, Lucas Arts sort simultanément plusieurs jeux liés à cet opus et ce, sur toutes les plateformes (consoles, PC) avec cependant une petite exclusivité pour les PC, un nouveau RTS Star Wars très attendu.

Développé par Petroglyph, le projet est plutôt ambitieux et prometteur, Pétroglyph a la bonne idée de mêler les genres, et s´inspire grandement d´Imperium Galactica 2 en nous donnant la possibilité de gèrer un système solaire entier, composé de planètes.

Les planètes étant à la fois source de revenus, et nécessaires à la construction de vaisseaux spatiaux, leur conquête sera donc le principal objectif du jeu, les combats se déroulent aussi bien dans l´espace que sur terre lors d´un assaut contre une planète.

Une superbe campagne, sous réserve d´être fan de l´univers Star Wars, nous propose le choix entre deux factions.

La Campagne

L´histoire se déroule entre le troisième et le quatrième épisode cinématographique, le choix se limitera donc aux rebelles, et à l´empire. Pas d´armée droïde, ni de clônes.
Très bien réalisé, celle-ci s´inspire directement des films, aussi nous retrouverons bon nombre des protagonistes de la saga.

Quelque soit le choix de la faction, on se retrouve alors sur une carte de la "galaxie", relativement petite et composé d´une vingtaine de planètes.
Cette carte/vue constitue l´interface principale, c´est ici que l´on s´occupe de toute la partie gestion : définir les structures à bâtir sur les planètes , lancer la production d´unités terrestres ou encore de nouveaux vaisseaux, déplacer ses flottes ou ses armées et c´est également ici que l´on prend connaissance des objectifs : l´Empereur Palpatine ou Mon Mothma, en fonction du côté choisi.
L´interface est convaincante, après quelques minutes les commandes sont bien en main, et pour cause, ces commandes sont fort peu nombreuses, et ce, pour une raison bien simple, les possibilités aussi, sont peu nombreuses. Contrairement à Imperium Galactica 2, pas question ici de négocier avec des populations neutres ou de modifier l´économie des mondes en notre possession, l´espionnage est rudimentaire, la gestion est en fait simplifiée à son maximum, mais malgré tout amusante.

Chaque planète dispose d´attributs différents ; certaines apporteront plus de revenus, et selon leur taille, les planètes auront plus ou moins d´emplacements, il suffira de choisir quoi produire sur chacun d´eux (caserne, usine, sources de revenus,...) mais aussi une base orbitale indispensable à la construction de vaisseaux, il faudra alors prêter attention à laisser des unités en garnison tout en mettant sur pied une armée digne de ce nom.
Histoire de faire avancer les choses et de pousser un peu les joueurs débutants, les pontes de notre faction (Palpatine, Mon Mothma) interviennent assez régulièrement. Ils nous confient différentes missions qui, au même titre que les différentes batailles à livrer, sont l´occasion de découvrir la seconde partie d´Empire At War : le jeu de stratégie temps réel. Si l´aspect gestion du jeu aurait pu être plus développé, plus riche, malheureusement il en est pratiquement de même lors des batailles.

Les graphismes sont agréables certes, mais sans plus ; pour la bande-son, les choses sont un peu mieux avec, bien sûr, la musique de John Williams, mais également des voix (en français, et avec les doubleurs officiels pour la majorité) et des bruitages plus que corrects. Cela ne suffit toutefois pas à rendre l´aspect technique d´Empire At War appétissant et comme en plus le compte n´y est pas du tout au niveau du gameplay, on s´ennuie très rapidement durant ces phases qui constituent pourtant une bonne partie de la campagne. Parmi les reproches que l´on peut faire à Petroglyph, citons notamment le manque évident d´ingéniosité dans la conception des cartes. Si les objectifs peuvent être assez variés, les cartes sont beaucoup trop similaires amis aussi beaucoup trop simples pour être intéressantes. Elles sont très limitées au niveau tactique, et comme l´intelligence artificielle est très basique, on se contente bien souvent d´accumuler les unités à envoyer en masse pour écraser l´opposition.
Les batailles spatiales sont plus réussies, même si la stratégie reste limitée, la réalisation est ici plus agréable avec des vaisseaux relativement bien modelisés.

Le mode multijoueurs

Les modes escarmouches et multijoueurs sont eux aussi plutôt déçevants, en ce qui concerne le premier, compte tenu de la faiblesse de l´IA, l´intérêt est plus que limité, pour le second, nous sommes restreints à choisir entre « gestion » et « stratégie temps réel » : impossible de mener l´équivalent de la campagne solo (gestion STR) contre un autre humain.

Les limitations du mode gestion deviennent criantes (aucune diplomatie, production simpliste, aucune révolte...) et se limiteront à la construction de bâtiments, création d´armée et déplacement de ces dernières ; les combats eux, sont gérés par l´ordinateur.

Pour la partie STR pas de builder, un nombre limité de slots viendront accueillir vos bâtiments. Certains bâtiments neutres sur la carte apportent des ressources supplémentaires, à condition d´être capturés ; d´autres permettent la construction de tourelles/hôpital/atelier de réparation selon votre choix, cependant les possibilités tactiques des scénarios sont toujours aussi faibles.