Portail WG » Wiki » Age of Empires » Age of Kings

   
 

Unités de l´extension Age of Kings : Conquerors

Guerrier aigle et guerrier aigle d'élite

Infanterie rapide avec importante ligne de mire, défense pénétrante, résistance à la conversion, bonus d'attaque contre les moines et un petit bonus d'attaque contre les armes de siège et unités montées. Les civilisations sans cavalerie (Aztèques et Mayas) commencent la partie avec un guerrier aigle au lieu d'une cavalerie d'éclairage.

Les Aztèques faisaient grand cas des aptitudes guerrières, et les soldats voyaient leur statut social s'élever lorsqu'ils se distinguaient au combat et montaient en grade. Devenir guerrier aigle était l'une des distinctions les plus honorifiques. Ces hommes portaient des coiffes colorées, ornées de plumes d'aigle et des costumes qui mettaient en
valeur leur allure militaire. N'étant pas gênés par de lourdes armures, ils se déplaçaient promptement. Ils constituaient ainsi les troupes légères et rapides de l'armée aztèque, qui bondissaient sur l'ennemi. Toutefois, ils étaient
fort désavantagés lors des combats contre les Européens équipés d'armures et d'armes métalliques. Les meilleurs guerriers aigles étaient promus au rang d'élite. Fleuron des formations de guerriers aigles, ils menaient les actions pour mettre les ennemis hors de combat et les capturer.

Hallebardier

Plus fort que le piquier. Bonus d'attaque contre les unités montées et les éléphants de guerre.

La hallebarde était une arme pointue inventée au Moyen-Âge afin d'être utilisée contre les hommes en armure et tout particulièrement ceux qui étaient à cheval. Elle comprenait un axe de 1m80 environ terminé par une hache à l'avant, une lance au sommet et un fer pointu à l'arrière. La lance permettait d'écarter les cavaliers. Le fer pointu pouvait abattre un homme en transperçant l'armure la plus résistante. La hache brandie des deux mains pouvait être élancée contre l'armure, les bras et les casques. Le soldat qui maniait la hallebarde était momentanément vulnérable, aussi était-il préférable de l'utiliser dans une formation, entouré d'hommes pour assurer la protection.

Guerrier jaguar et guerrier jaguar d'élite

Unité aztèque unique. Bonus d'attaque contre d'autres unités d'infanterie.

Le guerrier jaguar de l'armée aztèque portait une armure et des armes plus lourdes que le guerrier aigle. Cette unité faisait sans doute office d'infanterie lourde et servait à attaquer le principal corps ennemi. Elle était certainement avantagée dans les combats contre les troupes légères prises par surprise ou assez insensées pour l'attaquer. Ces guerriers portaient des coiffes à l'effigie du jaguar et des vêtements imitant la fourrure de cet animal, choisi comme totem pour ces guerriers car il s'agissait du plus féroce des prédateurs de la jungle d'Amérique centrale. Lors des combats, ils se servaient d'une massue à lame d'obsidienne, la macana. Bien que n'ayant pas la force de pénétration des armes métalliques, la macana pouvait être tranchante comme une lame de rasoir. Les meilleurs guerriers jaguars étaient promus au rang d'élite. Ces combattants expérimentés et hors pair portaient les meilleures armes.

Archer à plumes et archer à plumes d'élite

Unité maya unique. Plus forts, et plus rapides que les autres archers, ils ont également de meilleures armures mais moins de puissance d'attaque.

Les indigènes d'Amérique centrale avaient inventé l'arc qu'ils utilisaient lors des combats. Cependant, leur technique n'était pas très élaborée par rapport à l'arc composite des Asiatiques ou à l'arc long des Anglais. Les archers pouvaient avoir pour mission de blesser l'ennemi lorsque la capture de guerriers primait sur leur mort. À l'instar de tous les autres guerriers mayas, ils portaient des costumes distinctifs afin que les chefs puissent reconnaître leurs troupes et placer le groupe approprié au bon endroit. Les archers ayant un statut inférieur aux autres guerriers, ils étaient recrutés parmi les hommes de basse condition et de moindre habileté. Les hommes renommés et ambitieux rejoignaient les rangs des guerriers aigles où ils avaient la possibilité de faire des prisonniers. Les meilleurs archers étaient promus au rang d'élite. Ils avaient un rôle particulièrement important lorsqu'il fallait une victoire absolue car ils pouvaient tuer rapidement les ennemis, et décourager l'armée adverse en envoyant une pluie de flèches bien ciblée.

Chariot de guerre et chariot de guerre d'élite

Unité coréenne unique. Unité d'archers avec armure lourde. Les Coréens comptent deux unités uniques, l'autre étant le navire tortue (unité de port).

Le royaume coréen de Koryo était souvent assailli par la Chine, les civilisations barbares plus au Nord (comme les Mongols), et subissait également des attaques par voie maritime. Pour survivre, il leur fallait une force militaire puissante. Il est dit que les soldats de Koryo étaient des guerriers innovateurs, peut-être les premiers à avoir utilisé des projectiles autopropulsés et des chariots. Ceux-ci étaient placés les uns derrière les autres afin de constituer des fortifications temporaires en zone exposée. Ils servaient ainsi de position défensive puissante et mobile contre les unités montées. De là est né le chariot de guerre aux lames affûtées qui constituait un fort mobile à partir duquel les archers pouvaient tirer tout en étant relativement protégés.

Conquistador et conquistador d'élite

Unité espagnole unique. Canonnier à main de cavalerie. Puissante attaque rapprochée ; peu précise à distance. Les Espagnols comptent deux unités uniques, l'autre étant celle des missionnaires, une unité de moines.

Les aventuriers espagnols partis à la conquête du Nouveau Monde ont été appelés des conquistadors. Il s'agissait aussi bien de nobles que de mercenaires désoeuvrés qui avaient le goût du risque et étaient en quête de butins. Disposant d'épées métalliques, d'armes à feu et de lanciers à cheval, leur supériorité technique était incomparable. Le cheval a particulièrement terrorisé les indigènes qui voyaient dans les cavaliers une nouvelle créature, moitié homme moitié bête à quatre pattes. En raison des épidémies introduites par les Européens avant eux et à l'alliance ponctuelle avec des indigènes, des armées de conquistadors en nombre très réduit sont parvenues à conquérir relativement aisément les deux grandes civilisations américaines, les Aztèques et les Incas. Parmi les aventuriers européens ayant envahi le Nouveau Monde, des soldats à la détermination et aux aptitudes supérieures à la moyenne sont devenus conquistadors d'élite. Ils ont mené des attaques contre des obstacles apparemment insurmontables, et ont triomphé grâce à la supériorité de leurs armes et à leur volonté inflexible.

Hussard

Plus puissant que la cavalerie légère ; bonus d'attaque contre les moines ; résistant à la conversion. Au XVe s., les Hongrois ont déployé un corps de cavalerie légère dont les soldats ont été appelés les hussards. Excellents cavaliers, ils avaient l'habitude de chevaucher depuis leur jeunesse à travers les plaines hongroises. Ils portaient des uniformes aux couleurs éclatantes qui rehaussaient encore leur prestance. En marche, ils servaient d'éclaireurs ou de commandos, selon les besoins. En cas d'urgence, ils pouvaient charger au milieu d'une bataille, mais leurs armes et armures étaient généralement trop légères pour qu'ils puissent attaquer l'infanterie ou la cavalerie lourde. Ils étaient tout particulièrement utiles lorsque l'ennemi était mis en déroute car ils pouvaient alors rapidement venir à bout des troupes désorganisées. L'uniforme aux couleurs vives et la fière allure des hussards plaisaient énormément aux autres nations qui ont donné une place importante à cette unité dans des armées plus récentes, tout particulièrement à l'époque napoléonienne. Les Britanniques ont également envoyé une unité de hussards durant la guerre de Corée, mais à cette époque le combat était mené dans des chars.

Tarkan et tarkan d'élite

Unité de Huns unique. Cavalerie particulièrement efficace, contre les bâtiments, faisant des Tarkans des experts en vandalisme.

Lorsque les Huns sont avancés vers l'ouest au IIIe s., ils utilisaient déjà des étriers qui leur donnaient un avantage technologique sur les autres armées. Grâce à leurs étriers, la force des mouvements de l'homme et du cheval combinés donnait plus d'impact à la pointe de la lance. À de rares exceptions près (la cavalerie d'Alexandre le Grand notamment), les cavaliers avaient jusque-là rarement été efficaces avec une lance ou une pique. Aussi, l'arrivée de milliers de cavaliers barbares utilisant avec une telle dextérité les lances a-t-elle fortement modifié l'art de la guerre à la fin de l'Antiquité. Les légions romaines ont dû revaloriser leur cavalerie et ont même engagé des cavaliers huns comme mercenaires. Les plus brillants guerriers des armées hunniques, et plus tard mongoles, étaient appelés les tarkans.

Les héros de la cavalerie légère des Huns étaient les tarkans d'élite. Ils chevauchaient à un rythme effréné, frappaient par surprise et savaient se retirer à la vitesse de l'éclair si la situation tournait en leur défaveur. Si grâce à leur mobilité, les tarkans d'élite pouvaient mener des attaques dévastatrices, en tant que cavalerie légère, ils étaient désavantagés dans les combats rapprochés contre des cavaliers en armure lourde.

Bombe

Unité d'infanterie de démolition armée d'explosifs. Dévaste les bâtiments ; inefficace contre d'autres unités.

Au Moyen-Âge, la poudre à canon servait essentiellement de propulseur dans les armes à feu et les canons mais elle a fini par être également utilisée comme explosif. Les charges explosives, ou bombes, permettaient d'endommager ou de renverser les ponts-levis et autres obstacles. En cas de situations particulièrement dangereuses, un homme en armure transportait la bombe vers le point d'attaque et allumait la mèche. Si cette dernière fonctionnait mal, ou si la charge explosait prématurément,
l'artilleur se retrouvait pris à son propre piège.

Navire tortue et navire tortue d'élite

Unité coréenne unique. Navire de combat cuirassé et lent ; excelle dans la destruction d'autres bateaux à faible portée. Vous pouvez construire un navire tortue dans un port, après avoir bâti un château coréen. Les Coréens ont deux unités uniques, l'autre étant le chariot de guerre (unité de tir à l'arc).

En 1592, alors que la Corée subissait les attaques des samouraïs japonais, le sort de ce pays et peut-être celui de la Chine s'est joué lorsque les voies d'approvisionnement de l'envahisseur ont été bloquées dans le détroit de Corée. En effet, l'amiral coréen Yi Sun-Shin a remporté deux grandes victoires navales au sud de la Corée grâce à ses navires tortues. Ces premiers cuirassés de l'histoire étaient des bateaux à rames bas flanqués de canons. Leur partie supérieure et leurs flancs arrondis les rendaient semblables à des carapaces de tortue plates. Ils n'étaient pas conçus pour la haute mer, mais se révélaient utiles le long des côtes, par temps calme. Face à eux, les navires japonais étaient très désavantagés. La plupart des projectiles rebondissaient sur leur blindage arrondi et ils n'offraient aucun passage libre aux ennemis à l'abordage. Leurs canons mettaient rapidement les navires ennemis sans protection hors d'état de nuire.

Missionnaire

Unité espagnole unique. Elle se déplace plus vite que les moines mais sa ligne de mire et sa portée sont plus faibles. Les missionnaires ne peuvent pas prendre de reliques. Comme les moines, ils convertissent les unités ennemies et soignent les unités alliées. Vous pouvez les créer dans un monastère après avoir bâti un château espagnol. Les Espagnols comptent deux unités uniques, l'autre étant les Conquistadors, une unité de cavalerie.

Lorsque les Européens ont compris que les deux continents découverts par Christophe Colomb leur étaient accessibles, l'idée de convertir au christianisme des populations indigènes, sans doute très nombreuses, a fait son chemin. Les Espagnols, les Portugais et d'autres peuples européens ont envoyé des moines, appelés missionnaires dans le Nouveau Monde pour y apporter leur religion et le salut. Devenir missionnaire exigeait une foi profonde, une solide constitution physique et une grande ferveur. Ces hommes devaient souvent pénétrer dans des contrées sauvages et vivre avec des peuplades aux cultures et aux croyances radicalement différentes. Nombre d'entre eux ont connu le désespoir, ont été torturés, voire tués par des indigènes qui refusaient leur message ou qui les rendaient responsables des maladies et de la conquête de leur territoire.
Voir aussi :
Conquerors - technologies uniques
Article sur la série des Age of Empires,
Age of Kings ou son extension Conquerors.