Portail WG » Wiki » Age of Empires » Age of Kings

   
 

Technologies uniques dans Conquerors

Dans The Conquerors, chaque civilisation dispose d'une technologie unique qu'aucune autre civilisation ne peut développer. Cette technologie unique améliore généralement l'unité unique ou le bonus d'équipe de la civilisation.

(Aztèques) Guerres glorieuses

Les guerres glorieuses (au château) augmentent la puissance d'attaque de toute l'infanterie. Lorsque la rivalité habituelle entre cités et états n'offrait plus suffisamment de victimes destinées aux sacrifices rituels, les Aztèques et leurs voisins organisaient des guerres glorieuses ou guerres d'agrément pour remédier à ce manque. Les guerriers participaient à ces combats avec enthousiasme, sachant qu'ils avaient ainsi l'opportunité d'acquérir des mérites et d'améliorer leur statut social.

(Britanniques) Yeomen

Les yeomen (au château) augmentent la portée des archers et l'attaque des tours. L'arc long mis au point au pays de Galles était l'arme préférée des Anglais sous le règne d'Édouard Ier qui avait rapidement compris la façon dont il pouvait être utilisé efficacement. Pendant la guerre de Cent Ans, les fantassins britanniques à arc long ont totalement désorganisé les armées françaises. Les cavaliers britanniques, appelés yeomen, étaient expérimentés et animés par des motivations d'intérêt personnel. En effet, la solde et le butin qu'ils rapportaient de retour d'une campagne victorieuse en France les mettaient à l'abri de tout souci financier jusqu'à la fin de leurs jours.

(Byzantins) Logistique

La logistique (au château) permet aux cataphractes de provoquer des dommages par piétinement. La civilisation byzantine a survécu plus de mille ans à Rome, dont elle était l'héritière, en grande partie grâce à l'utilisation adroite de petites armées d'élite contre des ennemis moins bien équipés ou moins bien entraînés. Des troupes motivées, des officiers bien entraînés, de fortes traditions militaires et une solide logistique sont autant de facteurs qui, combinés, ont donné à ces armées une puissance de combat démesurée par rapport à leur taille. Leur atout majeur était les cataphractes, ces cavaliers qui pouvaient attaquer les ennemis à distance grâce aux arcs ou les piétiner au cours d'une charge.

(Celtes) Fureur celte

La fureur celte (au château) augmente les points de coup des unités d'atelier de siège. À l'époque celte, les guerriers des îles britanniques avaient la réputation d'être des combattants très émotifs, en proie à de brusques changements d'humeur. Lorsque leur agressivité était exacerbée, ils entraient dans un état que toutes les armées ennemies redoutaient et qui était qualifié de « fureur celte ». Toutefois, s'ils rencontraient de la résistance, cette fureur retombait soudainement et se transformait en panique. Les chefs celtes, qui parvenaient à contrôler et à canaliser la fureur de leurs soldats, disposaient d'une force décuplée redoutable.

(Chinois) Propulsion

La propulsion (au château) augmente l'attaque perçante des Chu Ko Nu et des scorpions. On attribue généralement au Chinois l'invention de l'explosif que nous appelons aujourd'hui la poudre à canon. Ils l'utilisaient largement pour lancer des projectiles autopropulsés, pour se divertir ou à des fins militaires. Bien qu'ils n'aient jamais développé de projet précis, ils parvenaient, avec ces projectiles, à beaucoup impressionner les ennemis qui ne connaissaient pas ces armes inquiétantes. Bruyantes, sentant mauvais et crachant du feu, elles étaient propulsées à une grande vitesse. Elles endommageaient tout ce qu'elles touchaient et provoquaient d'avantage de dégâts quand elles transportaient une charge explosive.

(Francs) Hache à pointes

La hache à pointes (au château) augmente la portée des lanceurs de hache. La hache à pointes doit son nom à l'extension ajoutée en bas de la lame, la rendant beaucoup plus longue que son raccord au manche. Cette arme était une évolution de la Francisca, la hache que les Francs lançaient et à l'origine de leur nom. La hache à pointes pouvait être lancée ou utilisée dans le combat corps à corps. Avant de découvrir la cavalerie, les Francs combattaient en formations massées. Dès qu'elles approchaient l'ennemi, les premières lignes lançaient les haches, qui semaient le désordre dans les troupes ennemies, provoquaient des pertes et se plantaient dans les boucliers qui devenaient difficiles à manier. Les Francs se rapprochaient alors pour des luttes corps à corps avec d'autres haches ou des épées.

(Goths) Anarchie

L'anarchie (au château, à l'âge des châteaux) permet la création de huskarls dans les casernes. Les Goths comptent deux technologiques uniques, l'autre étant la mobilisation rapide. Le système tribal des Goths convenait bien à une société qui était toujours en mouvement, combattant ici, s'installant ailleurs, jamais pour longtemps. Ils étaient si mobiles, qu'ils pouvaient apparaître tout à coup et disparaître aussi vite sans crier gare. Leurs armées n'étaient jamais les mieux équipées, car ils ne disposaient d'aucune infrastructure permanente, mais dès que le bruit courait qu'ils étaient en mouvement, tout le monde était sur le qui-vive.

(Goths) Mobilisation rapide

La mobilisation rapide (au château, à l'âge impérial) accélère la création des unités aux casernes. Les Goths comptent deux technologies uniques, l'autre étant l'anarchie. Un peuple nomade comme les Goths pouvait rapidement lever une armée. L'activité guerrière était au coeur de leur civilisation. Les jeunes apprenaient très tôt les rudiments du combat. Toute la population masculine pouvait être mobilisée pour le combat en quelques heures à peine. Les rivaux cherchaient, dans la mesure du possible, à empêcher les Goths de s'approcher, à éviter d'éveiller leur hostilité quand ils étaient là.

(Huns) Athéisme

Avec l'athéisme (au château), les victoires en mode reliques et en mode merveilles prennent plus de temps pour tous les joueurs. Il réduit également le coût de la technologie Espions. Le paganisme, ou l'absence totale de foi des Huns, offensait les Romains qui en étaient venus à les considérer comme des sous-hommes. Les Huns, de leur côté, étaient libres de toute contrainte religieuse. Pour un peuple nomade, les règles sociales ou religieuses étaient beaucoup trop restrictives. Les Huns n'avaient guère de considération pour les monuments et les objets, se préoccupant principalement du moment présent.

(Japonais) Kataparuto

Le kataparuto (au château) permet aux trébuchets de tirer et d'être assemblés/démontés plus rapidement. Pendant presque toute la période où les traditions samouraïs ont dominé la vie japonaise, le comportement de chaque guerrier était le pivot de la culture. Lorsque des hommes plus pragmatiques sont arrivés au pouvoir, ils se sont intéressés au développement de grandes armées, intégrant souvent dans les troupes des soldats d'un niveau social bas. De nouvelles technologies ont été adoptées, notamment l'arme à feu, ainsi que de meilleures armes de siège permettant de faire tomber les forteresses ennemies. Compte tenu de l'écart des technologies guerrières, les samouraïs ont mené leur dernière bataille en tentant de défendre en vain leur forteresse assiégée.

(Coréens) Shinkichon

Le shinkichon est un dispositif de propulsion (au château) qui augmente la portée des mangonneaux. Bien que l'invention de la poudre à canon soit attribuée aux Chinois, nombreux sont ceux qui croient que le royaume coréen de Koryo fut le premier à utiliser la propulsion et peut-être même la poudre à canon en guise d'arme. Les chroniqueurs de cette époque mentionnent que les projectiles autopropulsés et les canons ont largement contribué aux victoires des armées de Koryo. La longue existence des royaumes de Koryo et Choson a nécessité une force militaire puissante car seules la mer et l'Amnok les séparaient de nombreux ennemis potentiels.

(Mayas) Eldorado

L'eldorado (au château) augmente les points de coup des guerriers aigles. Souvent, la guerre est encore plus cruelle et terrifiante lorsqu'elle oppose des cultures radicalement différentes. Les populations indigènes d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud ont été terrifiées par les conquistadors qui portaient armures et armes métalliques, montaient à cheval, utilisaient des chiens de combat et des armes à feu. De l'autre côté, les Espagnols ont été déstabilisés par les sacrifices sanglants, les rituels et le fanatisme des Américains. Les Mayas se sont révélés de redoutables opposants qui se jetaient frénétiquement dans la bataille afin de défendre leurs richesses cachées.

(Mongols) Manoeuvres

Les manoeuvres (au château) augmentent la vitesse de déplacement des unités d'atelier de siège. L'un des secrets du grand succès des Mongols résidait dans leur extrême discipline à la bataille. Par rapport à d'autres armées de l'époque plus civilisées, qui obéissaient à des structures élaborées de la hiérarchie et des traditions, les Mongols passaient des heures interminables à s'entraîner dans les plaines et sur les terrains de chasse. La rapidité à laquelle les armées mongoles se déplaçaient et frappaient parvenait à dérouter les armées plus imposantes et mieux équipées qu'elles ont souvent combattues.

(Perses) Cornacs

Les cornacs (au château) accroissent la vitesse des éléphants de guerre. Le recours aux éléphants lors des batailles était toujours un défi car ces animaux, à la vue faible et à l'odorat développé, sont relativement lents et supportent mal les blessures. Les Perses avaient une manière spécifique d'entraîner ces pachydermes et les cornacs qui les montaient, pour améliorer leurs performances au combat.

(Sarrasins) Fanatisme

Le fanatisme (au château) augmente les points de coup des chameaux et des mamelouks. La rapidité et la foi absolue en la destinée constituaient les deux grandes forces des fameuses armées musulmanes. Leurs fortes croyances religieuses venaient à bout des craintes naturelles des guerriers, leur donnant un sentiment d'être invincibles, avec lequel leurs ennemis rivalisaient rarement. C'est pourquoi ces armées ont accompli des exploits démesurés par rapport à leur taille et leur équipement.

(Espagnols) Suprématie

La suprématie (au château) augmente les aptitudes au combat des villageois. Ces derniers peuvent alors rejoindre efficacement les troupes du front. À une époque où la vie n'était facile pour personne, la condition des paysans espagnols était particulièrement peu enviable. En effet, l'Espagne a été un champ de bataille pendant la plus grande partie du Moyen-Âge puisque les royaumes chrétiens du
Nord luttaient âprement pour reprendre la péninsule aux Sarrasins qui l'avaient envahie au cours du VIIIe s. Les paysans espagnols devaient donc souvent partir au combat. C'est un fait que l'armée française de Napoléon a découvert à ses dépens au début du XIXe s.

(Teutons) Crénelures

Les crénelures (au château) accroissent la portée des châteaux et augmentent l'attaque des châteaux, tours et forums en permettant aux troupes d'infanterie mises en garnison de lancer des flèches comme s'ils étaient des villageois. Les Teutons ont essentiellement mené leur croisade en Europe de l'Est alors que d'autres groupes se dirigeaient vers la Terre sainte. Ils excellaient dans l'art de construire et d'utiliser les châteaux de manière offensive afin de contrôler politiquement la campagne. Quelques chevaliers et soldats dans un château en position dominante pouvaient ainsi contrôler le territoire sur des kilomètres à la ronde.

(Turcs) Artillerie

L'artillerie (au château) augmente la portée des tours de bombarde, canons à bombarde et galions à canon. Les premiers canons et armes à feu étaient maniés par des professionnels et des mercenaires qui travaillaient pour le plus offrant. Or, à la fin du Moyen-Âge, les plus offrants étaient souvent les Turcs qui contrôlaient d'importantes routes commerciales vers l'est. Ils ont ainsi acquis une grande expérience de ces nouvelles armes qu'ils ont d'ailleurs utilisées avec succès contre Constantinople et d'autres citadelles chrétiennes.

(Vikings)Berserkergang

Le berserkergang (au château) augmente la vitesse de récupération des fous de guerre. La crise ou forme de folie extrême qui s'emparait des fous de guerre vikings était appelée Berserkergang. Elle se manifestait au début par un frisson, un tremblement et un claquement des dents. Puis, la température du corps semblait monter en flèche et le visage se congestionnait. Un homme en proie à cet état de rage, hurlait comme une bête sauvage et semblait littéralement fou (selon un témoignage, un fou de guerre aurait même mordu à pleines dents son bouclier). Il abattait sans discrimination toutes les personnes qu'il rencontrait. Une fois sa rage passée, le fou de guerre tombait dans un état de torpeur ou de dépression qui pouvait durer plusieurs jours.

Voir aussi :
Conquerors - unités
Article sur la série des Age of Empires,
Age of Kings ou son extension Conquerors.