Portail WG » Wiki » Stratégie temps réel » Battle Realms

   
 

Background de Battle Realms

(source manuel du jeu)

Jadis et naguère, bien avant le règne de nos pères et des pères de leurs pères, le monde bénéficiait encore d´une parcelle de cohérence.

La terre était riche et fertile, arborant fièrement des collines vallonnées protégées par un épais manteau boisé, habitées par une population abondante et bigarrée. Certains débarquèrent de vaisseaux puissants en provenance de lointaines contrées pour finalement s´installer. D´autres décidèrent de descendre de leur colline, comme pour ânonner les noms de leurs ancêtres, illustres inconnus rescapés d´une époque oubliée par la multitude. On connaissait la guerre, mais on ne s´autorisait que la paix : une paix engendrée par la force et la prospérité.

La gloire de cette ère reculée trouvait son meilleur exemple dans la bonne forteresse de Dragonholm, siège du clan du Dragon. Des sculpteurs oubliés en avaient façonné les murs avec une telle maestria que la paysannerie les croyait vivants. Un puissant shogun dont le nom s´effrita dans la mémoire collective élabora un système de lois strictes, mais justes. Des maîtres d´armes au souvenir perdu par le temps entraînèrent leurs guerriers aux techniques de combat les plus subtiles et les plus avancées. Même les universitaires les plus sages calligraphièrent dignement sur des liasses de parchemin doré que la puissance et la grandeur du Dragon ne s´éteindraient jamais...

...puis, en l´espace d´une année, un semis, une récolte et un hiver rigoureux, tout espoir disparut.

Personne ne savait ce qu´ils étaient réellement : des démons, des esprits, des monstres peut-être... nul ne les connaissait. Ils se révélèrent sous le nom de la Horde, une horde noire et inhumaine. Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent. Ils déferlèrent par-delà les frontières du Nord, dans les montagnes inexplorées. Là où ils passaient, l´herbe ne repoussait pas. Même les arbres se flétrissaient pour enfin mourir. Il ne restait personne, aucun survivant pour enterrer les corps.

A cette époque, Tarrant le doyen gouvernait Dragonholm, sans peurs et sans reproches. Lorsqu´il prit conscience de la menace que représentait la Horde, il ordonna au plus courageux de ses samouraïs de les rencontrer le lendemain à la première lueur de l´aube, accompagné de centaines de héros regroupés sous les bannières du Dragon en proie aux vents. Deux semaines s´écoulèrent avant le retour d´un unique soldat, affalé sur sa selle, couvert de dizaines de cicatrices suppurantes de sang coagulé. La vie l´avait quitté. Sans que l´on ait jamais su comment, son cheval avait réussi à s´enfuir et ainsi à échapper au funeste destin de son chevalier. Tarrant comprit immédiatement que la seule chance de survie du clan du Dragon résidait également dans la fuite.

Une semaine plus tard, l´enceinte de Dragonholm, qui avait résisté aux attaques les plus féroces, fut abandonnée, alors que le clan du Dragon entamait sa longue marche vers le sud. La sempiternelle marche dura des mois et des mois. L´énorme colonne de chevaux, de chariots et d´hommes se gonflait de réfugiés. Ces derniers avaient bien compris que le fier Dragon n´aurait jamais pris la fuite si l´ennemi avait pu être battu. Ceux qui décidèrent de rester pour défendre leur terre furent honorés. On n´entendit plus jamais parler d´eux. A plusieurs reprises, des éclaireurs furent envoyés vers le nord. Aucun ne revint jamais. Inexorablement, le Dragon reprenait sa marche vers le sud.

A la fin du sixième mois, ils traversèrent une dernière chaîne de montagnes et se retrouvèrent face à l´océan. Le Dragon ne pouvait plus s´enfuir nulle part.

Bien entendu, Tarrant le doyen l´avait prévu. Il avait demandé à ses universitaires de concevoir une retraite pour ses hommes. Depuis le début de la marche, ils avaient eu tout le temps nécessaire aux inévitables débats et controverses. Mais il aurait fallu du temps pour construire des bateaux ou au moins un endroit pour se cacher. La majeure partie de l´armée du Dragon avait été décimée au cours de la première chevauchée contre la Horde. L´unique espoir de Tarrant se trouvait sous clé dans un coffre aux charnières d´argent, dans son propre wagon privé : le Globe du Serpent, une des plus anciennes reliques du clan du Dragon, symbole de son hégémonie. Les légendes racontaient que le Globe permettait d´invoquer l´esprit du Dragon en personne, si le besoin s´en faisait sentir. Rares étaient ceux qui croyaient ces légendes, mais que leur restait-il ? Alors que son peuple se préparait pour une dernière offensive contre la Horde, Tarrant décida de passer le commandement du clan à son fils, Tarrant le jeune. Puis il s´exila, seul, debout, pour tenter de réaliser l´impossible, jusqu´à ce qu´il en meure.

Personne ne fut témoin de ses derniers instants. Tout ce que nous savons, c´est qu´il a réussi. Les réfugiés, regroupés, n´entendirent que le fracas de la colère du Dragon, tandis qu´une effroyable colonne d´air écrasait impitoyablement les hommes, les chevaux et les chariots sur son passage. Partout, la terre semblait se tordre de douleur. La plupart des survivants de la longue et harassante marche furent broyés par des monceaux de roc ou disparurent dans les gouffres qui apparaissaient sous leurs pieds. Les autres s´entassèrent en petits groupes et prièrent pour leur délivrance.

Après que les tremblements de terre furent apaisés, les survivants du clan du Dragon étaient tétanisés d´effroi. Il fallut tout le courage du jeune Tarrant pour diriger la construction d´abris avec l´aide des rescapés du cortège. Si la Horde s´était montrée, ils se seraient rendus sans la moindre résistance. Mais la Horde ne vint jamais.

Ce n´est qu´à ce moment, alors qu´il questionnait les miraculés de son clan, que le jeune Tarrant se rendit compte que le Dragon n´existait plus. Il y avait quelque chose dans les regards ahuris des enfants qui avaient vu leur foyer abandonnés aux mains d´une terrible malédiction, dans la position recourbée des guerriers qui avaient vu leurs compagnons d´armes les plus braves se battre et mourir, plutôt que de se résoudre à la fuite. Ils n´appartenaient plus aux cieux, mais bien à la terre. Et pourtant ils conservaient cette ferveur, ils trimaient avec orgueil sur leurs nouvelles terres. De cette humiliation et de cette sinistre détermination, le clan du Serpent, notre clan naquit.

De nos jours, si vous voyagez vers le nord, par delà les montagnes, vous finirez par atteindre une falaise aux bords irréguliers qui donne sur un chenal aux eaux noires et tourbillonnantes, hérissées de rochers et de débris flottants. Lorsque le ciel est dégagé et qu´elle n´est pas enrobée par les brumes, on peut apercevoir le contour de la grève en contrebas. La fureur du Dragon a déchiré la terre comme elle a déchiré notre peuple, et nos pénates ancestrales se trouvent désormais de l´autre côté de ce chenal infranchissable. Nul ne peut dire si la Horde attend encore de l´autre côté de ces berges maudites. Nous y pensons de moins en moins, jour après jour. Nous sommes chez nous ici, maintenant.

Interlude premier... Le Ying et le Yang

Que sont le Yang et le Yin ? Ils représentent bien plus que la vie et la mort, le froid et la chaleur ou l´ombre et la lumière. Ces définitions sont bien trop simplistes. Ils représentent des énergies, des philosophies, des parcours spirituels et bien plus encore. Ensemble, ils incarnent les concepts de l´univers tout entier et lorsque l´un croît, l´autre décroît.

La face cachée d´une montagne, l´hiver qui annonce le printemps, le déclin qui accompagne toute vie : le Yin symbolise tout cela, sans limitations. Comment accumuler du Yin ? Il suffit de faire l´apologie du chaos et de la décadence. Entraînez vos adeptes à la destruction et à la perturbation, soyez courageux et envoyez-les au front pour tout raser sur leur passage et vous serez récompensé.

Les rayons éblouissants du soleil qui se reflètent sur l´eau claire ou la force qui permet aux brins d´herbe de se frayer un chemin dans le roc pour atteindre la lumière : voici des éléments du Yang. Comment suivre le Yang ? Il suffit de faire l´apologie de la croissance et de la vitalité, de développer votre clan et d´éliminer ses ennemis au nom de la prospérité.

Retour à l´article principal sur Battle Realms.