Portail WG » Wiki » Age of Empires » Age of Mythology

   
 

Les dieux de la Mythologie

À l'âge d'or de la mythologie, l'histoire des dieux reflétait celle de l'humanité. Certains étaient cruels, cupides et malfaisants... Ils étaient des dieux que l'on craignait. D'autres étaient protecteurs, généreux, dignes de confi ance, inondant leurs sujets de bonté. Enfi n, certains se montraient moins prévisibles et combinaient de manière lunatique ces deux forces antagonistes.

À cette époque, les dieux n'étaient pas infaillibles. À l'instar des mortels qui les adoraient, ils avaient des points forts et des points faibles. Comme tous les hommes et toutes les civilisations, ils naissaient et mouraient. Mais les légendes qui les auréolaient ont, quant à elles, perduré. Au fi l du temps, bon nombre de contradictions et d'incohérences sont apparues ; les légendes ouvrent toujours sur le passé une fenêtre par laquelle il est intéressant de jeter un coup d'oeil.

Les dieux égyptiens

Avant que n'apparaissent l'air, la terre et même le ciel, tout n'était qu'eau... Une eau turbulente et bouillonnante de laquelle émergea le premier dieu, Râ.

Râ devint un nouvel élément du cosmos, le soleil. Mais l'absence de toute autre vie ne tarda pas à lui peser et, en parfaite communion avec son ombre, il engendra une fi lle, Tefnout, qui incarna alors l'humidité. Shou, son autre enfant, devint l'air. À leur tour, Shou et Tefnout mirent au monde Geb (la terre) et Nout (le ciel). À peine ce nouvel ordre cosmique établi, que déjà de redoutables défi s se profi lèrent.

Très vite, Râ se vit contraint d'affronter quotidiennement le serpent Apopis pour garder le contrôle de l'atmosphère. Aidé de son épouse et fi lle Bastet (déesse des chats et de la fertilité), Râ l'emportait généralement. Mais quand Apopis dominait, les tempêtes et le mauvais temps se déchaînaient.

Ceci n'était que le début des diffi cultés pour Râ. Sa toute-puissance sur une population humaine opprimée et encline à la révolte ne tarda pas à créer des frustrations. Ces rébellions incitèrent Râ, dans un accès de colère, à jeter un de ses yeux sur la terre. L'oeil devint la redoutable déesse Sekhmet, une force si dévastatrice envers l'humanité que, pris de remords, Râ dut mettre en place un stratagème pour la rappeler. Il ordonna à ses serviteurs de créer des milliers de vaisseaux de bière. La bière fut mélangée à du jus de grenade et utilisée pour inonder les terres qui entouraient sa demeure terrestre. Ce stratagème fut couronné de succès. Lorsque Sekhmet refi t surface pour en fi nir avec l'humanité, elle vit son refl et dans cette impressionnante mare rouge, en tomba amoureuse, but le breuvage et s'endormit comme un bébé. Ce stratagème porta si bien ses fruits qu'elle devint l'épouse de Ptah (le dieu de la création). Plus tard, ironie du sort, elle devint Hathor, la déesse de l'amour et de la fête.

Peu à peu, la responsabilité du cosmos entier commença à peser sur la vitalité de Râ. Se sentant vieillir, Râ se mit en quête d'un remplaçant pour superviser la terre. Il désigna Osiris, son petit-fi ls. Osiris (de même qu'Isis, Seth et Néphthys) est né de l'union de Geb et Nout. Cependant, lorsque Râ confi a à Osiris la garde du monde, le cosmos connut sa première grande rivalité fratricide. Osiris était foncièrement bon et sous son règne, les Égyptiens se civilisèrent.

Son frère Seth (le dieu du chaos et des tempêtes), jaloux de la faveur accordée à Osiris, décida d'en fi nir avec lui. Il fi t construire un coffre très ouvragé et organisa une fête au cours de laquelle il annonça à ses frères et soeurs que ce coffre appartiendrait à celui ou celle qui parviendrait à s'y introduire. Dans son esprit, bien sûr, ce cercueil n'était destiné qu'à une seule personne : Osiris. Lorsque Osiris s'y installa, Seth l'y enferma et ses complices le jetèrent dans le Nil en espérant ne plus jamais entendre parler de lui.

C'est ainsi qu'Osiris fut le premier dieu de l'histoire à mourir et à rejoindre les enfers. Lorsque Néphthys informa sa soeur, Isis, du meurtre, celle-ci fut prise d'un grand chagrin. En effet, en plus d'être son frère, Osiris était son époux. Elle retrouva son corps, parvint à ramener Osiris à la vie et ensemble, ils eurent un fi ls, Horus. Mais Seth ne tarda pas à l'apprendre et, fou de rage, il découpa Osiris en 14 morceaux qu'il dispersa aux quatre coins de l'Égypte pour empêcher Isis de les reconstituer. Anubis, l'inventeur de l'embaumement et fi ls d'Osiris, organisa les funérailles dans la grande pyramide.

Seth régnait désormais en maître sur le monde et son penchant pour le chaos et la violence menaçait dangereusement les bonnes oeuvres instaurées par Osiris. On dit même que Seth complota pour renverser son père Râ.

En réponse, Râ et Horus levèrent une vaste armée pour se débarrasser de Seth. Ils enrôlèrent Thot, le dieu de la sagesse et de la vérité, qui transforma Horus en soleil irradiant une telle chaleur que, confondues, les armées de Seth en vinrent à s'entre-tuer.

Seth, quant à lui, demeura introuvable. Il était parti se cacher bien loin, dans un endroit d'où il pourrait librement lever une nouvelle armée pour faire tomber Râ et Horus.

Mais il n'en fut rien. Seth vaincu, Horus lui réserva le même sort qu'il avait fait subir à son père. C'est alors qu'Horus prit le pouvoir et créa un précédent pour les pharaons à venir.

Les dieux grecs

Gaïa, la Terre, première divinité de l'ordre cosmique grec, naquit du chaos qui régnait avant que la vie n'apparaisse. Elle donna naissance à Ouranos (les cieux) et ensemble, ils engendrèrent les géants, cyclopes et titans. Ouranos, mécontent de ses monstrueux enfants, décida de les enfermer dans les entrailles de la terre.

Gaïa le désapprouva. Elle engagea donc le titan Cronos pour attaquer son père ingrat et s'emparer du pouvoir. Cronos se révéla être un père encore moins tolérant qu'Ouranos et Zeus, son propre fi ls, lui réserva le même sort. L'ascension au pouvoir de Zeus annonce l'ère grecque des Olympiens.

Maître absolu du cosmos, Zeus décida de se partager le butin avec ses frères, Poséidon et Hadès. Il fut décidé que Zeus garderait son titre de dieu suprême du Panthéon hellénique, tandis que Poséidon prendrait possession de la mer. Hadès, quant à lui, se chargerait des enfers. Se sentant lésé, ce dernier fut un dieu en proie à la colère et à la jalousie.

Pendant ce temps, le mariage de Zeus avec Héra (la déesse du mariage et de la maternité) battait de l'aile. Les nombreuses aventures extraconjugales de son époux irritaient Héra et attisaient sa jalousie. Cependant, elle ne défi a jamais ouvertement Zeus, elle préféra toujours se défouler sur d'autres ennemis.

Le couple eut malgré tout de très nombreux enfants. Zeus montrait ouvertement sa préférence pour Athéna, qui devint la déesse de la sagesse et de la guerre. Contrairement à son frère Arès (le dieu de la guerre), Athéna se montrait judicieuse et bienfaisante, choisissant ses batailles pour promouvoir la civilisation et le progrès. Arès, lui, n'avait que faire de ce genre de considérations et sa nature violente l'incitait aux effusions de sang. Il poussa même ses enfants, Phobos (crainte), Deimos (terreur) et Enyo (horreur) à se battre avec lui. Mais Arès était lâche et fuyait hâtivement lorsque la situation tournait en sa défaveur. Ce manque de bravoure lui valut les railleries publiques de son frère Héphaïstos.

Héphaïstos (le dieu du feu et des forgerons) prit son épouse en fl agrant délit d'adultère avec Arès. Bien que considéré comme le dieu le plus hideux, Héphaïstos épousa Aphrodite, la déesse de l'amour et de la beauté. Pourtant, elle ne l'aimait guère, car elle préférait Arès, le dieu de la guerre. Entre-temps, Zeus ne renonçait pas à ses aventures extraconjugales. Artémis (la déesse de la chasse) et Apollon naquirent de ces aventures. Entre autres, dieu de la sagesse, de la vérité, de la musique, du soleil et de la guérison, Apollon fut l'un des Olympiens les plus vénérés.

Enfant, Apollon s'illustra par un acte de bienveillance : un serpent géant appelé Python gardait avidement l'Oracle de Delphes (un puits duquel jaillissaient les prophéties). Le serpent dévastait la campagne environnante, empoisonnant les rivières et les puits, détruisant les récoltes et anéantissant des villages entiers. Le jeune Apollon triompha de Python et libéra l'Oracle.

Malgré sa bonté naturelle, Apollon n'était pas toujours traité avec respect, notamment par son demi-frère Hermès. Chaussé de sandales ailées, Hermès était le messager des Olympiens. Mais il était également malfaisant et un jour, alors qu'il n'était qu'un nourrisson, il déroba le bétail d'Apollon. Apollon exigea qu'il le lui rende. Il dut fi nalement l'abandonner à Hermès en vertu de son talent à la lyre. Hermès devint alors le dieu de la musique.

De son côté, Zeus continuait de courtiser déesses et mortelles. La nuit, il honorait de sa divine présence une de ces mortelles, Sémélé. Cette dernière ne savait pas qui était le père de l'enfant qu'elle portait, Dionysos, le dieu du vin et de la fête. Cependant, elle était ravie d'avoir eu pour amant un dieu. Évidemment, Héra, dont la jalousie envers l'infi dèle Zeus ne se démentait pas, en fut très agacée. Elle parvint à convaincre Sémélé de rechercher l'identité du père de son enfant, bien consciente qu'une mortelle serait foudroyée à la vue de Zeus, son amant divin. Et c'est ce qui advint. Héra, non satisfaite, fi t également assassiner Dionysos. Rhéa le ramena à la vie et Zeus déchaîna plus encore la colère d'Héra en renforçant la protection divine de Dionysos.

Les dieux scandinaves

À l'origine, selon la légende scandinave, tout n'était que feu et glace. Lentement, de ces deux forces émergèrent deux êtres : Ymir, le géant, et Audhumla, la vache. Audhumla survivait en léchant la glace salée, tandis qu'Ymir se nourrissait du lait d'Audhumla. À force de lécher la glace, la vache fi nit par libérer de la glace le dieu Bor. Bor engendra de nombreux autres dieux, dont le plus important fut sans conteste Odin.

Odin allait devenir le chef de tous les dieux scandinaves ainsi que l'incarnation du savoir. Il y parvint en donnant son oeil droit à un géant du nom de Mime. En échange, celui-ci lui donna accès aux fontaines de la sagesse. Plus tard, lorsque Mime fut décapité au combat, Odin apposa sur son crâne des herbes et le ramena à la vie. Il conserva la tête coupée de Mime à ses côtés pour bénéfi cier de ses précieux conseils. Père de nombreux enfants, la consommation de son mariage avec la déesse Frigg donna naissance à une grande variété de dieux, du majestueux et éloquent Bragi, le dieu de la poésie, au plus puissant des dieux scandinaves,Thor, le dieu du tonnerre.

Thor était intrépide au combat, en raison notamment de son arme fétiche : un étonnant marteau qu'il appelait Mjöllnir. Après avoir été lancé, Mjöllnir lui revenait toujours mais pas avant d'avoir foudroyé le ciel scandinave. Lorsque Thrym, le dieu de tous les géants du lointain pays de Jotunheim, entendit parler de ce marteau, il le voulut à tout prix. Privé de son marteau, la vengeance de Thor ne manquerait pas d'être rapide et impitoyable. En rançon du marteau, Thrym exigea qu'on lui livrât la déesse Freyja, la mère de Thor.

Thor était fou de rage, mais Heimdall, le gardien du pont arc-en-ciel et des sens les plus aiguisés des dieux, avait un plan. Thor porterait une robe de femme pour aller à Jotunheim, le pays des géants, et convaincrait Thrym qu'il était Freyja. Dans un premier temps, Thor refusa mais il finit par enfiler une robe de Freyja et alla à Jotunheim. Lorsque, enchanté, Thrym présenta le marteau en échange de celle qu'il pensait être Freyja, Thor le frappa si violemment que le géant mourut sur le coup. Personne n'oserait plus jamais jouer un tel tour au puissant Thor.

Bien qu'impitoyable au combat, Thor était un guerrier protecteur qui avait hérité son statut de dieu de la guerre de Tyr (le dieu scandinave de la guerre le plus héroïque et bienveillant). La colère de Thor pouvait être terrible et dévastatrice, mais elle était généralement dirigée contre ceux qui menaçaient l'humanité et les dieux.

Baldr, l'autre fi ls d'Odin, ne pouvait pas être plus différent de Thor. Mesuré et doux, Baldr passait pour être le dieu de la beauté et de la sagesse. Mais il faisait de terribles cauchemars et craignait tant de mourir que sa mère, la déesse Frigg, exigea que tous, toutes formes de vie comprises, promettent de ne jamais lui faire de mal. Hélas, Frigg omit d'en parler au gui d'apparence insignifi ante, ce qui allait mener Baldr à sa perte.

En effet, le dieu Loki construisit une fl èche de gui, puis amena le propre frère de Baldr (Hoder, le dieu aveugle de la guerre) à tuer Baldr. Dès lors, Loki fut emprisonné sous un serpent géant, qui fi t couler sur son visage un puissant acide. La douleur était si intense que les contorsions de Loki secouèrent la terre, créant des tremblements de terre. Pendant ce temps, Frigg demanda à Hel, fi lle de Loki et déesse des enfers, de ramener Baldr à la vie. Hel déclara qu'au préalable tous les êtres de la terre devraient pleurer sa mort, de la même manière que Frigg avait demandé qu'ils le protègent.

C'était tout à fait possible. Après tout, Baldr était un dieu populaire. Saki, la déesse de l'hiver, s'était vue entraînée dans une union malheureuse avec un autre dieu alors qu'elle tentait de gagner le coeur de Baldr.

Malheureusement, malgré sa popularité, la déclaration de Hel n'eut pas d'écho. Baldr avait un fi ls, Forsete, le dieu de la justice. Dans les salons ornés d'or et d'argent de son palais, Forsete dissipa toutes les colères et entretint la légende de son père adoré, Baldr. Les dieux scandinaves étaient voués à succomber le jour de Ragnarok, lors du combat qui allait les opposer à leurs ennemis, les géants.

Retour à l´article Age of Mythology.